EN | FR

La maladie du sommeil

Vous pouvez contribuer à éliminer la maladie du sommeil.

La maladie du sommeil relève des pires cauchemars. Un parasite attaque le système nerveux, et, en l’absence de traitement, l’issue est fatale pour tous les patients: adultes comme enfants. Jusqu'à récemment, le traitement utilisé était toxique, voire mortel. Drugs for Neglected Diseases initiative/Initiative sur les médicaments pour les maladies négligées (DNDi) améliore les soins pour les patients atteints de la maladie du sommeil et développe deux nouveaux traitements oraux dans les régions les plus reculées et les plus touchées d'Afrique.
« C’était un terrible dilemme pour un médecin de traiter cette maladie en sachant que le seul médicament disponible était un poison. » signature of Bernard Pecoul Dr Bernard Pécoul
DIRECTEUR EXÉCUTIF, DNDi
X

UN MESSAGE DU
DIRECTEUR EXECUTIF

Ce n'est pas tous les jours que vous pouvez contribuer à éliminer une maladie mortelle.

Lorsque j'ai travaillé pour Médecins Sans Frontières (MSF) dans les années 1980-1990, le seul médicament disponible pour traiter la maladie du sommeil était tellement toxique qu'il tuait un patient sur vingt.

C'était donc un terrible dilemme pour un médecin traitant cette maladie.

C'est pourquoi je suis ravi de partager cette nouvelle avec vous: Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) est sur le point de finaliser deux nouveaux traitements contre la maladie du sommeil pour les mettre entre les mains des patients. Si elles réussissent, ces percées seront les premières thérapies orales, sûres, et efficaces contre la maladie du sommeil - et aideront à éliminer une maladie mortelle qui a affecté l'Afrique pendant des siècles.

DNDi est née de la frustration des médecins qui, comme moi, observaient l’absence de traitements sûrs, efficaces, et abordables dont nos patients avaient besoin. Nous avons consacré une partie des fonds du Prix Nobel de la Paix de MSF (1999) pour créer DNDi, en partenariat avec sept institutions publiques et pour mettre l'accent sur la recherche pour les maladies touchant les personnes les plus négligées au monde.

À l'heure actuelle, les équipes de recherche de DNDi mènent des essais cliniques respectant les standards internationaux pour développer deux nouveaux traitements dans les régions les plus reculées de la République démocratique du Congo (RDC), où plus de 75% des cas de la maladie du sommeil sont détectés.

Avec votre soutien, nous sommes convaincus que ces nouvelles thérapies seront un élément essentiel de l'effort actuel conduit au niveau international sous l’auspice de l’organisation mondiale de la santé pour éliminer la maladie du sommeil. Des personnes comme vous peuvent nous aider à lever les 5 millions de dollars nécessaires pour accomplir le développement de ces produits.

Rejoignez-nous. Ensemble, nous pouvons aider les communautés africaines à éliminer cette maladie dévastatrice et mortelle - et écrire une nouvelle page de l’histoire de la médecine.

signature of Bernard Pecoul Dr Bernard Pécoul
DIRECTEUR EXÉCUTIF, DNDi
Transmise par la piqûre de la mouche tsé-tsé, la maladie du sommeil - connue aussi sous le nom de la trypanosomiase humaine africaine (THA) – est présente dans les communautés rurales et très isolées en Afrique sub-saharienne. Les personnes vivant dans les zones à risque contractent la maladie lorsqu’ils vont se baigner ou chercher de l’eau car les mouches tsé-tsé vivent au bord des rivières, qui sont souvent les seules sources d’eau d’une communauté. Le parasite pénètre dans le sang et provoque des maux de tête, des éruptions cutanées, et perturbe le cycle du sommeil. Au cours de la deuxième phase de la maladie, le parasite attaque le système nerveux central, provoquant de graves troubles neurologiques, des convulsions, puis le coma. Non traitée, la maladie du sommeil est mortelle à 100%.
Plus de 500’000 personnes meurent au Congo dans la première épidémie majeure.
1889
1947
Des médicaments à base d'arsenic sont découverts et le nombre de cas décline durant la période post-coloniale pour atteindre son point épidémiologique le plus bas dans les années 1960.
Au milieu d'une nouvelle épidémie, l'éflornithine, un médicament moins toxique, émerge, mais les patients doivent encore être hospitalisés et subir deux heures de douloureuses perfusions par voie intraveineuse (IV) quatre fois par jour.
1995
1996
Les guerres au Soudan, en Angola et en République démocratique du Congo exacerbe une flambée épidémique qui a commencé en 1970 et qui a causé la mort de centaines de milliers de personnes.
Eflornithine est hors de production car il n’est pas rentable pour son fabricant réputé. Il est réintroduit en 2001 lorsqu'un usage cosmétique est trouvé: l'épilation du visage chez les femmes.
2000
2007
DNDi et ses partenaires découvrent que le fexinidazole est efficace pour tuer le parasite de la maladie du sommeil. Il devient un candidat prometteur dans la recherche d'un remède.
DNDi et ses partenaires délivrent un nouveau traitement (NECT) combinant l’éflornithine avec un médicament appelé nifurtimox. Cette combinaison est sûre, mais nécessite encore des perfusions dans un milieu hospitalier.
2009
2011
DNDi et ses partenaires découvrent le composant SCYX-7158—acoziborole—et mènent des études pré-cliniques. En cas de succès, ce sera un remède à dose unique pour la maladie.
Grâce aux efforts soutenus de contrôle, le nombre de nouveaux cas tombe au-dessous des 4000, avec une estimation de 20,000 personnes infectées.
2014
2016
DNDi et le Programme national de lutte contre la trypanosomiase humaine africaine de la République démocratique du Congo mènent des essais cliniques avec fexinidazole sur 11 sites à travers le pays.
Si les résultats sont positifs, le fexinidazole sera approuvé par les autorités réglementaires, et donc disponible pour les patients.
2018
2021
Si les résultats sont positifs, DNDi enregistrera acoziborole afin d’assurer une élimination pérenne de la maladie.

NOUS POUVONS ENSEMBLE CONTRIBUER A l’ELIMINATION DE LA MALADIE DU SOMMEIL.

5 millions de dollars sont nécessaires pour terminer la recherche et le développement de ces deux traitements et les mettre à la disposition des patients. En cas de succès, ils permettront de sauver des vies et seront une nouvelle contribution de DNDi pour le traitement des personnes souffrant de maladies négligées. Depuis 2003, nous avons mis à la disposition des malades, des médecins, et des autorités sanitaires sept nouveaux traitements qui ont soigné des millions de patients, adultes et enfants, souffrant du paludisme, de la maladie du sommeil, de la leishmaniose viscérale, de la maladie de Chagas, et du VIH/SIDA.

Grâce à notre approche innovante et collaborative de la recherche, le développement de ces médicaments représente une fraction très faible de l’investissement habituel pour le développement d’un médicament.

5 millions de dollars nous aideront à:
Voulez-vous nous aider à parcourir cette dernière étape?

Si vous souhaitez de plus amples informations, merci de contacter
Stephanie Oster à New York: soster@dndi.org
ou Caroline Gaere à Genève: cgaere@dndi.org

Drugs for Neglected Diseases initiative/Initiative sur les médicaments pour les maladies négligées

DNDi apporte la meilleure des sciences aux plus négligés. Nous développons des traitements sûrs, efficaces, et abordables pour les maladies qui affectent des communautés parmi les plus pauvres et les plus négligées du monde. Nous sommes sans but lucratif car nous croyons que les patients ont le droit au meilleur de ce que la science a à offrir, indépendamment de là où ils vivent.

DNDi a été fondé en 2003 par Médecins Sans Frontières, l'Institut Pasteur, l’Institut de recherche médicale kenyan, la Fondation Oswaldo Cruz au Brésil, le Conseil indien de la recherche médicale, le ministère de la santé de Malaisie, et le Programme spécial de l'Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et formation concernant les maladies tropicales.

DNDi a reçu de nombreuses prix et récompenses, notamment en 2013 le Next Century Innovators Award de la Fondation Rockefeller et le prix de la santé Carlos Slim, le Prix du Fonds d'innovation de la Fondation Bill & Melinda Gates en 2014, et en 2016, le prix du président de la Drug Information Association pour la contribution exceptionnelle de DNDi à la Santé Mondiale.

VOUS ÊTES EN BONNE COMPAGNIE

Le Programme sur la maladie du sommeil de DNDi
Les principaux donateurs
  • La fondation Bill & Melinda Gates
  • Le département pour le développement international (DFID), Royaume-Uni
  • Médecins Sans Frontières (MSF)
  • Le ministère néerlandais des affaires étrangères (DGIS)
  • L’Union européenne
  • Le ministère fédéral de l'éducation et de la recherche (BMBF) via KfW, Allemagne
  • L’agence française de développement (AFD)
  • La coopération internationale allemande (GIZ), Allemagne
  • Le ministère des affaires étrangères et européennes (MAEE), France
  • L’agence norvégienne pour la coopération au développement (Norad)
  • La République du Canton de Genève, Suisse
  • L’agence espagnole de coopération internationale au développement (AECID)
  • La fondation Stavros Niarchos
  • L’agence suisse pour le développement et la coopération (DDC)
  • La fondation UBS Optimus
Les principaux partenaires scientifiques
  • Anacor
  • Médecins Sans Frontières (MSF)
  • La plate-forme trypanosomiase humaine africaine; (pays membres: Angola, République centrafricaine, Tchad, République démocratique du Congo, République du Congo, Soudan du Sud, Soudan et Ouganda)
  • Les programmes nationaux de contrôle de la THA de la République démocratique du Congo et de la République centrafricaine
  • L’Université Pace
  • Sanofi
  • SCYNEXIS
  • L’institut suisse de santé tropicale et publique
  • L’Organisation Mondiale de la Santé

Si vous désirez soutenir DNDi par une donation en ligne : https://www.dndi.org/donate